Mise à jour du site

Le site de Wen Wu est en train d’évoluer : passage au template protostar capable de gérer les mobiles et rafraichissement du contenu (petit à petit).

Dîtes moi s’il y a des nouilles dans le potage à la suite de la modification de template.

Le retour du blog fantôme

Wen Wu reprend les cours hebdomadaires à la maison de quartier de Pouvourville. Il y aura deux cours par semaine :

  • Jeudi 19h – 21h : silat style SBL (Silat Buka Lingkaran)
  • Vendredi 19h – 21h : taiji quan style Chen

Carte Google maps

Mise à jour du site/Web site update

Le site commence à ressembler à quelque chose. Si vous rencontrer des problèmes que je n’ai pas vu, signalez-les moi.

Site update almost finished. There may still be some problems. Email me if you notice some of them.

www.wenwu.fr

Grosse et pénible mise à jour du site

Si vous trouvez le site bizarre c’est normal. Nous sommes passé de joomla 2.5.6 à joomla 3,4,3 d’un coup. Gros bazar, plus rien ne marchait. Péniblement j’ai réussi à régler pas mal de problèmes mais pas tous pour le moment. La plupart des extensions du site n’existent plus ou sont devenues payantes. Il faut en chercher de nouvelles. A suivre.

Entraînement en musique (suite de la suite)

Il y a plus simple, dans mon installation, qu’un ordinateur relié par réseau à un NAS contenant la musique, et à un DAC en USB, lui-même branché sur l’ampli, vous me suivez. On peut brancher directement le DAC sur le NAS Synology et utiliser l’application Audio Station de Synology. On peut ensuite contrôler la musique avec l’application mobile DS Audio sur smartphone ou tablette. Je viens de l’essayer et ça marche en réglant bien les paramètres. Ça tombe bien mon vieil ordinateur vient de ma lâcher.

Petite news

Une petite news pour faire vivre le blog quelque peu délaissé ces temps ci : le site de Wen Wu a dépassé les 20000 visiteurs. Il doit y avoir beaucoup de bots parmi eux, mais en ces temps où les humains semblent transformés en robots tueurs, les bots inoffensifs sont les bienvenus.

Bonne année 2015

Bonne année 2015 à tous et toutes. Les séances du vendredi reprennent le 9 janvier.

Kingdom of war (le royaume des guerriers)

Kingdom of war (le royaume des guerriers) (江山美人), de Ching Siu-tung (chinois simplifié : 程小东 ; chinois traditionnel : 程小東, aussi connu sous le nom Tony Ching), Hong Kong 2008.

Kingdom_of_war_grande-df71e

Le film se déroule pendant la période des royaumes combattant où la Chine était divisées entre plusieurs royaumes qui, vous l’aviez compris, étaient sans cesse en guerre les uns contre les autres. Nous sommes au royaume de Yan au IIIe siècle avant notre ère. Je ne suis pas certains que la fidélité historique ait été la principale préoccupation du réalisateur. Il y a des luttes pour le pouvoir, des complots, des trahisons, le tout un peu téléphoné, et une histoire d’amour romantique à l’eau de rose qui rappelle le cinéma hongkongais des années cinquante. Il y a aussi des armées qui s’étripent sur des champs de bataille dans les armures qui font, sur certains plans, carrément carton pâte. Les acteurs sont plutôt bons (disons qu’ils font de leur mieux), surtout Donnie Yen, l’acteur à la mode des Wuxiapianr depuis quelques années. Il est irremplaçable dans les scènes d’action et peut sauver un film à lui tout seul. C’est le principal intérêt du film, il rugit comme un tigre, tournoie dans tous les sens en maniant une épée ou une hallebarde et donne un incroyable rythme à ces scènes, surtout quand il affronte seul toute une armée et n’en finit plus de mourir, percé de toutes parts il arrive encore à abattre ses ennemis sans pour autant tomber dans la caricature. L’actrice Kelly Chen a un jeu classique et un peu forcé à mon goût. Elle se débrouille assez bien dans l’alternance de scènes d’autorité crédibles et de scènes à l’eau de rose où elle joue la frêle jeune fille, mais sans plus. C’est plus poussif dans les duels à l’épée mais ça reste crédible par l’énergie qu’elle y met, Cependant je ne suis pas convaincu par les chorégraphies. Bref ce n’est pas vraiment un mauvais film mais il est loin d’être indispensable. Si vous aimez Donnie Yen…

Detective Dee : Le mystère de la flamme fantôme (狄仁傑 之 通天帝國), 2010, Tsui Hark

19670948Après avoir vu Detective Dee 2, je viens de voir Detective Dee 1. Le film est plutôt bon, je retrouve le Tsui Hark que j’aime. Malgré pas mal d’incohérences historiques (c’est quand même du Tsui Hark), le scénario est original et bien construit même si tout ce qui est posé n’est pas développé, et s’il y a quelques raccourcis. Il y a une véritable intrigue, les personnages sont assez fouillés et ont des sentiments (si, si), des doutes. Detective Dee est crédible dans ses raisonnements, et les rebondissements, bien que classiques, n’arrivent pas comme un cheveux sur la soupe. La photo est soignée ainsi que la lumière. La reconstitution de la Chine des Tang est assez réaliste bien qu’historiquement fantaisiste à bien des égards. La fin est politiquement correctes mais ça on est habitué.

Côté combats, on reste dans le classique mais bien fait, sans extravagance d’effets spéciaux. Bien sûr, ces combats ne sont pas réalistes, il s’agit d’un wuxiapianr avec le côté fantastique qui va avec. Cependant, et contrairement au deuxième opus de cette série, Tsui Hark n’en a pas abusé (par rapport aux standards du genre). Les combats ne sont toutefois pas le centre du film qui repose plutôt sur l’intrique et l’enquête du juge Dee. C’est un Sherlock Holmes like.

Il y a tout de même un détail génant : le détective reçoit une lame d’épée brisé en pleine poitrine, tombe dans les pommes, et se réveille plus tard sans avoir de réelles séquelles, puis reprend son enquête et ses combats tranquillou.

Bref un bon divertissement, pas mal ficelé, qui n’arrive sans doute pas au niveau des monuments du genres mais qui mérite d’être regardé.

Detective Dee 2

Je viens de voir « Detective Dee II » au cinéma. C’est plaisant mais sans plus. Tsui Hark a plus compté sur les effet spéciaux et la 3D que sur le scénario. C’est bourré d’incohérences historiques (hein ? Oui on s’en fout), et aussi d’incohérences physiques comme un gros bateau militaire Chinois que trois malheureuses petites voiles font avancer entre autre chose (on s’en fout aussi, ok). Les combattants volants ressemblent à des drones téléguidés en ce sens qu’ils se déplacent dans les airs et surtout atterrissent comme des hélicoptères. D’un point de vue martial, ces combats n’ont rien d’original et je les ai même trouvé bâclés. Le combat contre le monstre marin rappelle un peu trop celui de Narnia. Par contre, la reconstitution des armures militaire de la fin des Tang paraît crédible, mais c’est bien la seule chose. A part ça c’est rigolo, mais bon Tsui Hark se l’est jouée facile sur ce coup là, avec de l’humour à deux balles, et ça devient une habitude chez lui. Je n’avais pas aimé « Dragon inn », ça continue.